mardi 23 janvier 2018

L'urgence de changer le monde


Je ne suis pas, Messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde, la souffrance est une loi divine, mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère. Remarquez-le bien, Messieurs, je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! Oui, cela est possible ! Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas le fait, le devoir n’est pas rempli.”
Victor Hugo, “discours sur la misère” - le 9 juillet 1849



Une quête pour la survie


Par Hervé Juvin, invité au Deuxième colloque de Chișinău (15-16 décembre 2017)
sur le thème : “le quatrième monde, ou le retour de la politique”


Quel est le monde dans lequel nous entrons ? Quel est le monde dans lequel nous nous engageons à vivre ?

Les organisateurs de ce colloque ont eu raison lorsqu'ils ont choisi ce sujet : la quatrième économie. Mais je ne suis pas sûr qu'ils aient raison s'ils veulent que nous limitions notre champ d'application aux seuls problèmes économiques actuels.
Ma réponse sera : le monde conduit par l'économie est le vieux monde. Nous ne regardons pas seulement l'échec misérable des institutions de Bretton Woods et de l'ordre libéral de l'Occident. Non seulement nous assistons à l'effondrement de la finance globalisée et des marchés interconnectés, mais aussi à celui d'un système dirigé par les Américains. Nous sommes les témoins de la fin de l'économie telle que nous la connaissions. Vous dites : économie ? Dites politique, idiot ! 1

Pour le dire franchement ; la quatrième économie ne concerne pas l'économie, elle concerne surtout la politique, « nous, les gens » contre « l'ego, moi, moi-même » et il s'agit aussi de spiritualité. La lettre encyclique du Pape François, « Laudato si » est peut-être le texte politique le plus important de la décennie. Il s'agit principalement de ce que nous appelons « l'écologie humaine ». Et il s'agit aussi d'économie. Parce qu'il s'agit de survie.

Nous avons quitté l'économie agraire quelque part au siècle dernier, à un moment où l'ère industrielle était à son apogée. Ensuite, nous sommes doucement passés à une économie financière et de l'information dans laquelle nous sommes plus ou moins intégrés. Permettez-moi de prendre un exemple. J'ai commencé mon activité professionnelle à une époque où les compagnies aériennes comparaient le nombre de vols qu'elles effectuaient et le nombre de clients qu'elle servaient par an ; où deux constructeurs automobiles comparaient la taille de leurs usines, le nombre de leurs employés et les voitures qu'ils produisaient. De nos jours, ils ne font que comparer leur Ebitda et le ROE ; leurs travaux ne concernent plus les clients ou les produits, mais seulement l'argent. Gagner de l'argent, à tout prix. Est-ce qu'ils savent même ce qu'ils produisent ?

Quelle est la prochaine grande chose ? Ne rêvez pas des biotechnologies, des nanotechnologies, de l'intelligence artificielle, etc. Tout cela est bon pour les gars de Davos et pour ceux qui ont développé une telle foi qu'ils croient que la technologie peut résoudre tous les problèmes que la technologie a créés et crée encore à grande échelle. Et il y en a beaucoup à venir ! Attendez-vous simplement à un cauchemar avec l'impact des inégalités croissantes ; non seulement la pauvreté, mais l'expulsion de la nature d'un nombre croissant de personnes, passant la plus grande partie de leur temps devant un écran, obsédés par Internet, et n'ayant aucun accès à la nature à aucun prix - dunes de sable, forêts, rivières, et le chant des oiseaux, tout cela devenant le privilège des très riches, les seuls à garder un accès direct et illimité à la nature.

Quelle est la prochaine grande chose ?

Notre condition actuelle est façonnée par deux tendances puissantes ; une extinction massive de la diversité, à la fois naturelle et culturelle ; et le surgissement de l'économie comme vraie nature des êtres humains - le totalitarisme de l'ego.

Nous sommes proches d'une compréhension très précise que les deux constituent la plus grande menace contre la survie humaine, et que les deux appellent donc à une course à la vie. Le fait est que cette menace vient directement de ce qu'on nous dit de célébrer le plus : développement ; croissance ; technologie ; libre échange... Nous chérissons profondément la cause même de notre disparition, nous aimons ce qui nous amène au bord de l'extinction...

Laissez-moi dire quelques mots sur chaque question.

Vous lisez beaucoup de choses sur l'extinction massive des insectes, des grands mammifères, etc. En fait, il y a plus d'une centaine d'espèces différentes de poulets dans la nature ; 97% des fermes industrialisées n'élèvent que trois espèces de poulets. Selon la FAO, plus de dix mille espèces de légumes étaient consommées il y a un siècle. L'agro-industrie a réduit cette diversité à moins de 60% pour 90% de ses produits commerciaux. Et la superficie occupée par l'agro-industrie est trois fois plus élevée qu'il y a vingt ans, mais un tiers du sol fertile est surexploité et proche de la désertification, selon un rapport de la FAO récemment publié à Ordos, en Chine. Mais c'est encore plus inquiétant côté humain. Il y a quarante ans, plus de 8000 langues différentes avaient encore une communauté de locuteurs dans le monde. De nos jours, 7000 n'ont pas plus d'un ou deux locuteurs, et elles vont bientôt disparaître avec eux. Le nombre de langues humaines a été divisé par près de dix fois en un demi-siècle, et chaque langue perdue est une bibliothèque qui brûle ! Du logement à l'agro-industrie, des modèles sociaux aux cultures autochtones, de la gastronomie locale aux aliments transformés, le trésor vivant de la diversité humaine est sur le point de s'effondrer ; nous devons savoir que la diversité entre les espèces ainsi qu'entre les communautés humaines est le facteur clé de la survie. Et cet atout crucial est en jeu.

La puissante tendance derrière l'effondrement de la diversité naturelle et humaine est le surgissement de l'économie en tant que véritable nature humaine et en tant que foi religieuse. Ce que nous appelons économie est l'association explosive entre une économie extractive et une économie de la cupidité au nom des droits individuels de l'homme. Cela repose presque entièrement sur deux hypothèses.

Premièrement, les ressources naturelles sont en quantité illimitée. Et elles sont gratuites. Le prix des ressources naturelles n'est que le prix de leur extraction, de leur transport et de leur emballage. Le marketing compte aussi. Juste pour mettre dans les rêves de milliards de personnes des marques et des produits dont ils n'ont jamais rêvé et dont ils n'ont absolument pas besoin. Ces hypothèses visaient à donner à l'homme la puissance de Dieu ; un pouvoir illimité, inégalé et sans égal sur n'importe quelle créature, et aussi sur la planète. Pour cet être humain libéré de ses chaînes, il n'y a plus de contraintes, ni de nature, ni de Dieu ; il est son propre créateur, et quand et où il y a des limites, il y a juste des problèmes à résoudre. Pour l'individu souverain, comme nouvelle religion des droits de l'homme, la foi religieuse elle-même n'est qu'un problème à résoudre. Mais cette supposition est fausse, et nous le savons. Nous payons déjà pour des ressources que personne n'a jamais rêvé de payer ; quel est le marché de l'émission de carbone, si ce n'est le marché de l'air pur ? Nous craignons déjà des maladies dans l'eau, dans la terre, et dans trop de formes de vie. Et le roi de la peur joue en coulisse, la peur du changement climatique, la peur des maladies, la peur d'une espérance de vie plus courte et, de plus, la peur de la vie elle-même − la peur du monde extérieur. L'Ouest ne le comprend pas et considère qu'il s'agit juste d'un autre problème à résoudre. Si vous ne voulez pas être un américain comme tout le monde veut l'être, vous avez un problème. Un gros problème, oui.

La deuxième hypothèse est que toute société humaine dans le monde entier est à la recherche de développement. C'est aussi un mensonge. En fait, la plupart des communautés indigènes et des confessions religieuses sont organisées contre le développement ; elles n'ont pas de place pour une telle chose dans leur communauté. Près de chez moi, sur la côte ouest de Madagascar, ils brûlent la maison de quiconque devient riche, pour le garder dans la communauté. Ils comprennent très bien que l'argent est le grand fossé entre les êtres humains, et l'économie de marché, la fin des communs. Le fait n'est pas qu'ils sont incapables de se développer eux-mêmes ; la vérité est que, en tant que communauté, ils refusent l'individualisme lié au développement économique. Ils préfèrent leur communauté au droit illimité de rompre avec elle et avec la nature elle-même. La phrase qu'ils préfèrent est « Mieux vaux une touche de fihavanana (le bien-être collectif) qu'une tonne d'or ». Pour le bien de la croissance, ce que nous appelons le développement, c'est la rupture de ces communautés contre leur volonté et la fin de leur bien-être collectif pour les fausses promesses d'un accomplissement individuel. Sous le faux drapeau de la liberté, pour le commerce et l'argent, les Occidentaux l'ont fait à plusieurs reprises, de la rupture du Japon par le commodore Perry, aux misérables guerres de l'Opium contre la Chine, à la guerre criminelle contre les gouvernements nationalistes des Philippines ou d'Amérique du Sud. Les opérations criminelles de la Fondation Gates introduisant des OGM dans les pays pauvres d'Afrique, réduisant le paysan en esclavage. Il y a aussi le grand projet d'électrification de l'Afrique ouvrant la porte à la nouvelle colonisation des terres, des cultures, des forêts et des richesses de sa biodiversité, par les grandes entreprises. Et ce qui importe le plus, c'est la destruction des symboles de leurs traditions [« Rest » en anglais, NdT], de leurs choses sacrées et, finalement, de leur foi - l'usine du dénuement moral ; les rendant honteux de qui ils sont.
De l'Afrique à l'Amérique du Sud ou de l'Asie du Sud-Est à la Russie, les populations autochtones savent très bien que tout n'est pas à vendre ; vous ne pouvez pas échanger quelques acres de forêt tropicale contre quelques acres de toundra. Vous ne pouvez pas échanger le dernier rhinocéros blanc contre des actions dans des parcs animaliers. Et ils craignent que l'avidité illimitée provoque des guerres pour les ressources ; qu'est-ce que l'invasion de l'Irak, sinon une guerre pour le pétrole, la guerre civile en Syrie, sinon une guerre pour l'eau, qu'est-ce que le meurtre de Saddam Hussein, de Mouammar Kadhafi, le bombardement d'une usine de produits pharmaceutiques au Soudan ? Et tant de nombreuses attaques terroristes similaires, à l'exception d'une tentative désespérée de contrôler les ressources naturelles, la vie elle-même, et de maintenir la capacité des États-Unis à ne jamais faire face à leur dette insoutenable ?

Nous avons beaucoup à apprendre des communautés autochtones. Nous, les peuples des Nations européennes, sommes aussi des peuples autochtones, sur nos terres, dans nos pays, avec nos traditions, notre foi, nos biens communs pour lesquels nous avons combattu tant de fois, et nous sommes toujours capables de nous battre. Mais nous n'avons plus beaucoup de temps pour le faire.

L'effondrement politique de l'individualisme

La situation actuelle a de grandes conséquences sur l'économie elle-même mais elle concerne principalement ce que nous appelons la politique. Nous devons réinventer la signification même de celle-ci ; la liberté collective des sociétés humaines de façonner leur destin. Et nous devons réinventer la façon dont la politique régit l'économie ; la façon dont l'économie est un outil de nos sociétés, pas l'inverse. Karl Polanyi a écrit des choses définitives à ce sujet.

Le système post-démocratique de la grande entreprise en charge de nos rêves, de nos emplois et de nos vies repose principalement sur la libre poursuite de la cupidité illimitée par l'ego - l'individu souverain. L'idée de base est que l'homme n'est que la liberté illimitée qu'il se crée, et qu'il a droit à une utilisation illimitée du monde. Ne faites pas d'erreur ! Ce système n'est pas faible, malgré toutes les apparences. Ce système est très puissant, mais sous deux conditions : dans la mesure où la grande majorité des citoyens pensent être de véritables initiés, qu'ils sont des gagnants du système, et aussi, dans la mesure où les ressources naturelles lui permettent de promettre une croissance illimitée. C'est le gouvernement de l'homo œconomicus par ses désirs illimités ; le gouvernement pour le big business sous le visage souriant de la démocratie.

Ce système a colonisé nos esprits, nos rêves, nos imaginaires ; sa principale réalisation est de nous avoir coupé du monde extérieur. Nous sommes en fait aveugles à l'altérité, l'Occident ignore la tradition [« Rest »en anglais, NdT]. Et connaissez-vous le premier symptôme d'une dépendance à Internet ? L'incapacité de reconnaître les visages humains entre amis et membres de la famille !
En disant cela, nous sommes proches du grand secret caché derrière la scène ; nous sommes confrontés à la fin des systèmes libéraux tels que nous les connaissions.

Ces systèmes libéraux ne s'appuient pas tellement sur la foi collective dans la Constitution, la Nation ou même le parti au pouvoir. Ils ne comptent que sur la cupidité libre et illimitée accordée à chaque individu. Non seulement c'est autorisé mais c'est même prescrit. Tous les systèmes religieux, sociaux et politiques avant nous, ont fait très attention à limiter, à refréner le désir du plaisir, de la richesse, des biens, ou à leur substituer des biens spirituels ; nous vivons dans le premier système politique et social basé sur la libération absolue et complète de la cupidité. Jetez un œil à nos écoles commerciales et sur les MBA ; nous en avons fait un modèle d'école de cynisme et de cécité morale ! Et ne vous trompez pas, ce système est incroyablement puissant ! Le système de la cupidité individuelle a gagné contre le totalitarisme. Il a gagné contre les grandes religions, les traditions et même les nationalismes. Le lien invisible créé entre les individus sur rien de plus que la promesse d'une quête illimitée d'argent, de biens et de plaisir est bien plus fort que les liens extérieurs, les autorités supérieures, Dieu, l'Empereur, le Roi ou la révolution politique ; ceux là venaient d'en haut. La révolution individuelle vient de l'intérieur. La cupidité de l'intérieur, c'est le puissant moteur du libéralisme individuel ! En fait, la révolution de l'individu est le principal moteur politique du siècle dernier. Et est le gagnant contre le fascisme, le nazisme, et finalement l'Union soviétique elle-même.

Le secret à partager entre nous est que le jeu est terminé. Les seules et uniques conditions de la viabilité du système de la cupidité étaient l'offre illimitée de ressources naturelles et le renouvellement des systèmes vivants d'un côté ; et le partage des avantages entre tous les citoyens de l'autre côté. L'économie du carbone a en fait façonné la démocratie. L'offre illimitée de ressources naturelles a façonné les droits de l'homme en tant que droits de l'individu souverain. Les droits illimités appellent un approvisionnement illimité. Nous savons que ce système est près de s'effondrer.
L'effondrement viendra non seulement de l'extension de la pauvreté, mais du fait que la grande majorité des citoyens occidentaux seront de plus en plus exclus de toute forme de bénéfices venant du système. Depuis la fin de la grande peur du communisme et la fin de l'Union soviétique, voici la fin du capitalisme de partage. Le capitalisme ne repose plus sur de bons salaires qui augmentent régulièrement ; il s'appuie de plus en plus sur les prisons et la police. Et l'effondrement viendra non seulement du changement climatique, mais aussi des terribles conséquences des produits chimiques, des pesticides et de la pharmacie dans les sols, la viande et, finalement, la richesse humaine. Il viendra non seulement de l'empoisonnement de l'eau douce, de la nourriture transformée et de l'atmosphère urbaine, mais aussi des événements extrêmes menaçant toutes ces villes au bord de la mer, et aussi des quantités de réfugiés jamais vues auparavant − par dizaines de millions venant d'Asie et d'Afrique.

Le facteur de la peur suit de près la tromperie. Et les deux sont politiquement des armes de destruction massive pour l'Occident.

Cela définit le moment politique que nous vivons maintenant dans les pays occidentaux. Le passage d'individus unifiés par leur désir de richesse à des communautés unies par la lutte pour la survie est un moment à la fois de grandes attentes et de grands risques. C'est la dimension cachée derrière le Brexit, derrière la victoire de Donald Trump, pas si surprenante après tout, et derrière tant de booms politiques et d'explosions à venir ! Et ce pourrait être le meilleur des temps, ainsi que le pire des moments. Qui sait, à un moment où la Chine annonce que la venue de la civilisation écologique devrait avoir lieu au cœur du rêve chinois ?

L'économie va bien sûr refléter ce grand tableau. En fait, c'est déjà dans les faits et les chiffres. Le moment logistique que nous vivons est l'augmentation spectaculaire des coûts de transport, et le nouveau localisme qu'il exige. Le moment entrepreneurial que nous vivons est l'effondrement de l'entreprise mondialisée, et la recherche illimitée d'énergie qu'elle a demandée ; les PME sont les seules à créer des emplois et à s'impliquer réellement dans la communauté par des achats locaux, une embauche locale, l'intégration culturelle et l'engagement local. Et le moment industriel que nous vivons est le passage du travail humain à la production robotique, ce qui signifie que partout dans le monde, les coûts de production sont sur le point de s'égaliser ; ce qui signifie que la main-d'œuvre bon marché ou l'esclavage perdront leur pouvoir de fixation des prix. En passant, l'entreprise mondiale perdra son avantage concurrentiel. Le localisme et les PME sont les nouvelles grandes choses dans les pays où les robots vont payer des impôts ! Mais le moment où nous vivons est aussi principalement le moment où la terre n'est plus si amicale avec les êtres humains. Après deux siècles d'agressions industrielles et chimiques, la nature est éveillée. Personne ne survivra seul à l'effondrement à venir. Et ne rêvez pas ; vous ne pouvez pas mettre de l'argent dans le réservoir de votre voiture, pas plus que manger votre or.

C'est pourquoi nous sommes à la fin de l'individu souverain et de la société de marché. C'est la fin de l'ego, du moi, moi-même, mon seul ami. Nous sommes déjà au début d'une nouvelle ère politique, l'ère de la survie.

Le deuxième enjeu est le retour des communs. La deuxième partie du grand Chapitre de la Liberté, provenant de l'Angleterre du XIV e siècle, le Chapitre des Forêts, est entièrement consacré à assurer la sécurité des communs, en tant que droit fondamental des communautés. Les communs aident les pauvres à satisfaire leurs besoins fondamentaux, bien mieux que n'importe quelle aide publique ou charité privée. Les communs donnent à tout membre de la communauté qui les protège, un libre accès à leur utilisation pour des besoins personnels, mais aucun accès pour un usage commercial ou industriel. C'est un chemin pour la dignité et l'engagement.

Les biens communs, ou les communs, ne cadrent pas bien avec le libre-échange, la libre circulation des capitaux, les privatisations de masse et l'hypothèse de base que tout est à vendre ; la terre, l'eau douce, l'air et les êtres humains. En fait, le libre-échange et les marchés mondiaux sont les pires ennemis des communs. La grande ouverture des dernières communautés vivant sur elles-mêmes est une condamnation à mort. Bienvenue à la réinvention de l'esclavage par ces apôtres des migrations de masse et des frontières ouvertes ! Je n'ai aucun doute à ce sujet ; une grande partie de ce que nous appelons « développement » et « aide internationale » sera bientôt considérée comme un crime contre l'humanité - l'effondrement des biens communs pour le bénéfice des entreprises mondialisées et des intérêts privés. Et le mouvement des « no borders » sera également considéré comme une manière subtile d'utiliser le travail forcé et embaucher des esclaves avec un double avantage : premièrement, faire le bien avec le sentiment d'être d'une qualité morale supérieure, deuxièmement, faire du bien à la rentabilité du capital.

La société globale basée sur l'économie comme notre nature humaine, détruit les communs à un rythme incroyable. Non seulement parce qu'elle détruit les frontières qui les protégeaient ; parce que cela place le libre-échange au-dessus des communautés, des religions et des choses sacrées. Et le modèle du marché global où tout est à vendre substitue effectivement l'expulsion des communs générant pauvreté pour une partie croissante de la population mondiale. L'accès libre à la nature sera bientôt refusé à la majorité des gens ; des légumes ou de la viande qu'ils mangent, au jeu qu'ils jouent ou aux loisirs qu'ils partagent, des graines sur lesquelles ils comptent, sur les enfants qu'ils veulent. Tout sera calibré, tout passera sous la coupe de la loi de la meilleure rentabilité pour le capital - et à la fin du processus, la vie humaine elle-même finira par être un produit de l'industrie.

Les communautés indigènes, des tribus d'Amérique du Sud aux associations environnementales en France ou en Allemagne, sont aussi les seules à vouloir protéger leurs communs, et se battent parfois avec ferveur pour les sauver contre des projets industriels ou des investissements massifs. Elles devront lutter contre ces soi-disant « accords commerciaux » dont le seul but est de protéger, non pas l'investissement lui-même, mais le retour attendu des bénéfices ! Toute analyse approfondie du conflit entre les compagnies minières aurifères équatoriennes et canadiennes, ou entre le Guatemala et la Bolivie et les entreprises industrielles américaines, révèle cette situation confuse ; l'explosion actuelle du capital, mieux connue sous le nom de « quantitative easing », crée une pression croissante sur les ressources naturelles. Le système monétaire émet des chèques en nombres illimités, et c'est à la nature de payer la facture ! C'est pourquoi la prochaine étape est l'accaparement final de la nature pour le bénéfice du système de la dette ; pas un morceau de terre, ou une gorgée d'eau, pas un poisson dans l'océan profond ou un arbre dans la forêt tropicale ne va échapper à l'industrie - leur destruction pour de l'argent.

Le retour des communs est l'une des conditions principales et uniques de notre survie.
Qu'est-ce que ça veut dire ? La plupart d'entre nous en Europe sont des autochtones. Nous savons d'où nous venons, et nous savons à quoi nous appartenons. Ce qui nous importe le plus, c'est de dire « nous » avec confiance, avec foi, avec amitié. Les communs sont l'endroit où tout le monde dit « nous ». C'est l'endroit où il n'y a pas de place pour le « moi ». Et les bases sont solides pour le futur proche. Ce sont les ressources qui ne sont pas à vendre, les ressources partagées par la communauté, pas pour le commerce ou l'industrie à tout prix, des ressources hors de portée des commerçants ou des banquiers. Pas de libre-échange, pas de marché, pas de pouvoir de prix sur les communs. Les graines, le sol, l'eau douce, l'air, la naissance humaine et les vies humaines ne sont pas non plus à vendre. Elles ne sont pas le moyen de maximiser le rendement du capital ! La nature elle-même prendra soin de nos biens communs, et nous donnera beaucoup plus que n'importe quel fonds d'investissement, seulement si nous la respectons, seulement si nous la laissons jouer, seulement si nous la laissons faire. C'est la plus grande leçon de l'écologie, de l'agroforesterie et de l'agriculture biotech. Nous avons juste à appartenir. Nous avons juste à partager une identité ; il suffit d'accepter des limites. Voici la venue de la politique identitaire. Voici la disparition de l'économie telle que nous la connaissons. Toutes ces questions sont profondément politiques, et elles appellent à un retour au pouvoir de toute la communauté politique dans son ensemble - pas la disparition de la communauté pour mon bénéfice, moi l'individu souverain !

Quelle est la prochaine étape ?

Nous sommes à la fin de l'économie libérale telle que nous la connaissons et, à ce moment-là, nous serrons à la fin de la cupidité individuelle en tant qu'outil puissant de l'ordre politique. Qu'est-ce qui va arriver ? Et que devons-nous faire ?

Après l'effondrement de l'économie en tant que foi, et l'effondrement du marché mondial en tant que sorcellerie, le premier besoin est spirituel. Je ne dis pas religieux. Mais nous devons reconnaître la dimension sacrée de la vie, de toutes les formes de vie. Nous devons partager les symboles de notre destin commun et de notre volonté collective, et nous avons besoin d'une renaissance de la communauté comme étant bien plus que la somme des individus - la magie du « Nous, les gens » est encore à réinventer. Cela pourrait être le cadeau le plus utile de l'Union Européenne au monde extérieur ; vous ne pouvez pas construire une communauté politique sur le marché, l'argent, la croissance ou les droits individuels. Nous avons besoin de plus que cela, de quelque chose de différent, quelque chose proche de la foi, des symboles et de la fraternité, quelque chose comme cette chose sacrée que nous perdons, et qu'ils nous prennent.

La condition même de la réévaluation des biens communs est la reconnaissance générale que tout n'est pas à vendre, parce qu'il y a des choses à vendre, il y a des choses à transmettre, et il y a des choses à donner ou à partager. Et il y a des choses sacrées dans lesquelles la communauté met sa confiance et par lesquelles elle exprime sa différence. Bien sûr, ces choses sont sacrées. Bien sûr, ces choses n'ont pas de substitut sous forme monétaire. Elles ne sont ni négociables ni vendables. C'est la définition même de la sacralité, et nous partageons un besoin urgent de redéfinir ce qui dans la nature, dans nos pays, sociétés et chez nous, n'est pas à vendre, parce que c'est la partie principale de notre être humain.

Ce n'est pas le moment d'élaborer des propositions pour résoudre nos problèmes. Je vais juste souligner trois choses principales à faire, et à faire maintenant.

Nous devons élaborer un nouveau système de comptabilité. Le système actuel compte comme une valeur ajoutée la destruction des espèces et des ressources rares. C'est une menace contre notre survie. Le seul système durable tiendra compte du respect de la loi par les entreprises, des contraintes fiscales et sociales et du respect des cultures et modes de vie locaux par les entreprises privées et les organismes étrangers.

Nous devons prendre en compte la fin de l'économie du carbone, le retour de la géographie et le besoin de localisme et d'activités auto-orientées. Ce n'est pas un problème mineur ; ce pourrait être la fin de la démocratie telle que nous la connaissons, basée sur un approvisionnement énergétique illimité pour le commerce et les communications. Le coût du transport presque nul est le plus grand mensonge du système économique actuel, l'appel efficace à la globalisation. La distance aura de l'importance, la géographie aura de l'importance et son coût reste encore à intégrer.

Beaucoup plus important, nous devons travailler autour du droit à la diversité, la condition la plus importante de notre survie. C'est peut-être le plus grand apprentissage de l'écologie et de la biologie ; la diversité est collective, et cette diversité est la clé de la survie.

Nous ne survivrons pas à l'alignement de la planète sur la cupidité illimitée pour les ressources. Personne ne réclame la démocratie mondiale, l'uniformisation du monde par l'économie dite libérale. Personne ne sait plus qui sont Milton Friedman ou Friedrich von Hayek - ce ne sont que des personnages de musées. Mais personne ne pense plus que le problème concernera le socialisme, ou l'économie contrôlée par l'État, ou quelque chose entre les deux. La vraie reconnaissance de la liberté humaine comme liberté collective et de la diversité culturelle et politique comme trésor de l'humanité, don de la nature et condition même de notre survie, droit fondamental au-dessus de tout autre droit économique ou individuel politique, est la clé d'un avenir de paix, de compréhension mutuelle et de coexistence respectueuse.

À Chisinau, ce 17 décembre 2017, je lance un appel collectif pour renouveler l'accord conclu lors de la Conférence de La Havane, en 1948-1949, lorsque les Nations Unies ont prévu de subordonner le libre-échange et les marchés libres au bien-être, au progrès social et à la sécurité environnementale des populations.

J'appelle à un engagement collectif pour reconstruire un forum des pays non alignés, le même qui a eu lieu à Bandung, en 1955, un forum de ceux qui ne veulent pas être relocalisés, être déportés ou être privés de leur identité par des intérêts étrangers, un forum de personnes qui partagent profondément le sentiment que le trésor le plus important de l'humanité est au-delà de tout ce qui se vend, le trésor de la diversité culturelle et de la générosité de la nature.

Et j'appelle à renouveler la Déclaration de Coyococ, en 1974, sur les droits collectifs des peuples autochtones, contre les colons et les envahisseurs, les droits à la sécurité collective sociale, culturelle et environnementale. Ce sont les véritables fondements des droits de l'homme ; les droits individuels ne servent à rien s'il n'y a pas de société organisée pour les prendre pour acquis.

Il y a plusieurs siècles, le Chapitre des Forêts donnait un sens précis et efficace aux droits de l'homme ; le droit de vivre selon la nature et de vivre de la richesse des ressources naturelles et des écosystèmes vivants. L'échec d'une approche juridique des droits de l'homme est avéré ; plus il y en a, moins ils prouvent une quelconque efficacité. Beaucoup de mots, et si peu de réalité !

Le chemin était ouvert il y a longtemps. Il est temps maintenant de compléter et de garantir les droits humains par une déclaration des droits collectifs - id est, les droits des sociétés humaines à ne pas être détruites par l'extérieur, le droit à leur sécurité morale, religieuse, politique et environnementale, le droit de tous peuples autochtones de se protéger ou d'être protégés contre les colons et les envahisseurs, à tout prix et par quelque moyen que ce soit. C'est la vraie condition de notre survie. Nous ne survivrons pas à travers ce siècle sans la générosité de la nature, la beauté des cultures et la liberté naturelle de l'esprit humain.

Hervé Juvin, Écrivain, Essayiste, Économiste
Président, NATPOL DRS (DRS comme diversité, résilience et sécurité)

Traduit par Hervé relu par Catherine pour le Saker Francophone



Notes :
  1. Référence à la phrase de Clinton, It's the economy, stupid !



Source : Le Saker Francophone

vendredi 19 janvier 2018

Zone à Défendre

Notre-Dame-des-Landes, EDITION SPECIALE


C'est désormais toute la nature terrestre qui est devenue une Zone à Défendre contre la confiscation des Biens Communs aux êtres vivants et la destruction des écosystèmes par la voracité sans limites d'un système fondé sur l'exploitation de l'homme par l'homme mais aussi et surtout sur la Propriété abusive des ressouces terrestres. En France, Notre Dame des Landes est la continuation (toutes proportions gardées) par des moyens différents des luttes terribles et inégales qui se jouent à mort depuis la fin du XVe siècle, du massacre des autochtones du continent américain jusqu'à l'Ukraine, l'Afrique, le Chiapas au Mexique, la Palestine et les guerres sans fin au Moyen-OrientGaël Hadey




Durée, diversité des modes d'actions, capacité de réaliser des expertises populaires et de développer des alternatives : tels sont les ingrédients d'un mouvement dont la stratégie s'est finalement révélée victorieuse, avec l'annonce de l'abandon du projet de nouvel aéroport. Retour en texte et en images sur la lutte à Notre-Dame-des-Landes.
« Une décision exceptionnelle pour une situation locale exceptionnelle. » C'est ainsi que le premier ministre Édouard Philippe a qualifié le renoncement à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ce 17 janvier. Pour le gouvernement, cette décision ne répond pas à une soudaine prise de conscience écologique : ni l'impératif climatique, ni une volonté de protection de la biodiversité ou de préservation de terres agricoles n'ont été évoqués par le Premier ministre. Elle découle d'abord du rapport de force construit depuis plus d'une décennie par les opposants à ce projet très controversé. Ce mouvement écologique et social a, lui-aussi, été exceptionnel, dans sa durée et dans sa stratégie. Basta ! revient pour vous sur ses grandes étapes et ses acteurs.
…/...
La victoire des opposants à (l'aéroport de, NdlR) Notre-Dame-des-Landes vient ainsi s'ajouter à quelques luttes emblématiques et victorieuses des mouvements écologistes contre des grands projets industriels dont l'utilité sociale est mise en doute : celle de la mobilisation contre le projet de centrale nucléaire à Plogoff (Finistère), à la fin des années 70 ; celle contre des projets de nouveaux barrages sur la Loire et l'Allier, annulés en 1991 ; celle contre l'extraction de gaz de schiste qui a débouché sur un moratoire puis une loi interdisant le recours à la fracturation hydraulique en 2011 ; et enfin, celle contre le barrage de Sivens (Tarn) dont le projet a été abandonné après la mort d'un manifestant, Rémi Fraisse, tué par une grenade lancé par un gendarme en octobre 2014 (lire ici).
Nolwenn Weiler et Ivan du Roy
Lire l'histoire de cette lutte depuis 40 ans sur : Bastamag







L’aéroport de Notre-Dame des Landes est mort? Vive la ZAD!

par Maxime Combes et Nicolas Haeringer



Image  @SebaMarchal
Bien sûr, l'abandon du projet d'aéroport est une excellente nouvelle. Mais qu'il soit couplé à une évacuation (même partielle) de la ZAD n'est pas une décision acceptable.

Renoncer à construire un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes est la victoire de l'ensemble du mouvement d'opposition à l'aéroport de Notre Dame des Landes : sans ce vaste mouvement de résistance, l'aéroport aurait déjà été construit.

Cette décision n'est pas le résultat d'une conversion soudaine d'Emmanuel Macron, d'Edouard Philippe et du gouvernement à la raison climatique, environnementale, sociale et économique dans leur vision de l'aménagement du territoire. Il s'agit d'un succès historique, construit au cours d'une mobilisation de plus de 40 ans, qui est parvenue à durer parce qu'elle a tour à tour articulé, alterné ou associé recours juridiques, contre-expertise citoyenne, mobilisations de masse, solidarité avec les paysan.ne.s, les syndicats de salarié.e.s (y compris du secteur de l'aviation), occupations légales, occupations illégales, résistance, préfiguration, etc.

L'occupation de la ZAD, par ses habitant.e.s historiques et, dans la dernière phase de la lutte (après l'échec de l'opération César), par de nombreuses et nombreux soutiens "extérieur.e.s" en est un élément décisif. Il n'y a donc pas bon.n.e.s opposant.e.s, fondé.e.s à rester et des éléments « radicaux » qu'il faudrait expulser, mais un mouvement, dont la force et la capacité à s'inscrire dans la (très) longue durée réside précisément dans sa diversité.

Depuis longtemps, ce qui se joue sur la ZAD dépasse en outre largement l'opposition au projet d'aéroport. Cette lutte se distingue en effet par sa capacité à re-situer le projet dans "son monde" - un monde dans lequel le béton l'emportait jusqu'alors irrémédiablement sur les tritons. Il n'est depuis longtemps plus question d'une approche de type « pas dans mon jardin », mais d'un élargissement des perspectives, questionnant les fondements même de la décision de construire un nouvel aéroport, plutôt que de se centrer sur le seul choix du lieu.

Le gouvernement a préparé l'opinion publique, via des ficelles aussi grosses qu'éculées - mais malheureusement encore très efficaces, comme en témoignent les nombreux publi-reportages en faveur d'une intervention policière publiés dans la presse - à l'exercice de la force brutale contre la ZAD. Le déploiement de blindés, de plusieurs milliers de policier.e.s, de gendarmes (voire de l'armée), et les drames humains qu'il ne manquera pas d'entraîner de tous côtés, a besoin de ce mythe d'un "ennemi intérieur", d'un "kyste" (comme le disait alors Manuel Valls).

Ce qui se joue sur la ZAD devrait pourtant intéresser au plus haut point un gouvernement et un président de la République qui ne cessent de discourir sur l'impératif climatique. Agir face à la catastrophe qui vient implique en effet de créer de nouvelles articulations entre le local et le global - y compris au niveau des politiques publiques. Penser les causes, les conséquences et les alternatives du réchauffement climatique, de l'extinction des espèces, du mal que nous avons collectivement et historiquement fait à ce monde à partir de territoires concrets : voici, sans doute, la nouvelle frontière de la politique.

La ZAD de Notre Dame des Landes apparaît alors, dans sa beauté fragile, dans ses errements, ses bégaiements, dans ses balbutiements autant que dans ses accomplissements, dans son architecture en dentelle, dans ses ajustements permanents, comme un lieu splendide, un territoire unique, à partir duquel penser ce que signifie vivre ensemble au temps des catastrophes, à imaginer et créer des formes nouvelles d'associations entre humain.e.s et non-humain.e.s ; à revoir complètement la hiérarchie des causes et des conséquences et de trouver des manières de prendre en compte l'intégrité des êtres vivants non-doués de parole.

Les opposant.e.s au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes n'ont cessé de tenter d'apporter des réponses à ce défi, en recensant l'ensemble des espèces menacées par le projet, en mettant en avant le déséquilibre total du rapport de force entre béton et tritons et en créant des agencements subtiles entre les différents usages (et les différents usagers, humain.e.s comme non-humain.e.s) de la ZAD. La nature n'y apparaît plus comme un espace neutre, que des élus peuvent décider d'aménager à leur guise et qu'il est possible de reconstituer quelques kilomètres plus loin, par le truchement de la compensation biodiversité ; pas plus qu'elle n'est un élément externe que des militant.e.s peuvent défendre depuis une position surplombante - un glissement dont rend compte si superbement le slogan "nous ne défendons pas la nature, nous saommes la nature qui se défend".

Depuis la ZAD s'inventent et s'expérimentent des réponses à des questions aussi essentielles pour notre avenir commun que : comment vivre, comment penser, comme s'aimer, comment s'opposer, comment construire, comment détruire, comment rêver, comme tester, comment tâtonner, comment faire société. Bref : comment rester (ou redevenir) humain.e.s dans un monde qui s'approche de plus en plus du chaos ? Parcourir un chemin de la ZAD, se baigner dans l'un de ses étangs ou de ses lacs, y habiter, y aimer, y rêver, y cultiver un champ, est un acte fort, préfigurant ce à quoi pourrait ressembler un futur libéré de l'horizon dystopique dont nous nous approchons à grand pas.

Aujourd'hui, plus que jamais, il est donc essentiel de défendre la ZAD.

Source : Tlaxcala





Et si Notre-Dame-des-Landes devenait un bien commun ?


Par Mathilde Bouquerel pour Reporterre


Maintenant que le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a été abandonné, la question du devenir de la Zad se pose. Une partie de la réponse pourrait se trouver dans la notion des communs, héritée des « communaux » du Moyen Âge.

Wikipédia est un très bon exemple de bien commun. Une encyclopédie en ligne, qui peut être enrichie, lue et contrôlée par tous. C'est ce qu'on peut appeler au sens propre un « commun », c'est-à-dire un système d'utilisation et de gestion d'une ressource matérielle ou immatérielle par un groupe de personnes toutes ensemble. Cette notion a depuis quelques années le vent en poupe, car elle apporte des solutions innovantes à des problèmes notamment environnementaux [1 ]. L'idée de bien commun date en fait du IX e siècle. Les « communaux » désignaient alors les biens (bois, chemins, rivières) appartenant à tous les habitants d'une commune. Après la révolution industrielle, ce statut juridique est devenu très marginal mais l'idée est restée et a refait surface dans les années 1990 avec les travaux de l'économiste états-unienne Elinor Ostrom. La version moderne des communs, qui ne repose plus sur la propriété mais sur l'utilisation, intéresse aujourd'hui. Et elle pourrait peut-être apporter une réponse à la question de l'avenir de Notre-Dame-des-Landes, maintenant qu'a été décidé l'abandon du projet d'aéroport.

Du côté de la Zad en tout cas, l'idée plaît car elle permettrait aux occupants arrivés dans les années 2010 et aux agriculteurs historiques de vivre ensemble. Ce qu'explique Camille [2 ], du « groupe presse ». « On a commencé à y penser dès 2012 après l'opération César, raconte-t-il. On voulait avoir un coup d'avance et commencer à réfléchir à l'après. La question était : comment permettre à la fois aux agriculteurs historiques d'exploiter leurs terres comme ils le veulent, et aux occupants de continuer à expérimenter de nouveaux modes de vie ? Pour ça, on a rédigé un texte en six points qui s'intitule "Parce qu'il n'y aura pas d'aéroport". Aujourd'hui, on expérimente des formes d'auto-organisation sur nos 70 espaces de vies et d'activités, comme le Taslu, la bibliothèque de la ZAD. » Dans ce texte, on trouve notamment ce souhait : « Que les terres redistribuées chaque année par la chambre d'agriculture pour le compte d'AGO-Vinci sous la forme de baux précaires soient prises en charge par une entité issue du mouvement de lutte qui rassemblera toutes ses composantes. Que ce soit donc le mouvement anti-aéroport et non les institutions habituelles qui détermine l'usage de ces terres. 

Un retour aux sources pour le bocage breton de Notre-Dame-des-Landes

Cette solution plaît aussi à François de Beaulieu, membre des Naturalistes en lutte, collectif qui s'intéresse à la préservation de l'écosystème fragile de ce bocage humide qu'est Notre-Dame-des-Landes. Pour lui, il s'agirait d'un retour aux sources pour le bocage breton. « La commune de Notre-Dame-des-Landes est née à la suite de privatisation de communs qui existaient depuis des centaines d'années, explique-t-il. Au départ, il s'agissait de centaines d'hectares de landes utilisées de façon collective, d'où son nom. Il s'agirait de renouer avec certaines de ces pratiques. » Cet usage commun d'une partie des terres permettrait en outre de mieux protéger la faune et la flore du bocage, selon François de Beaulieu : « À Notre-Dame-des-Landes, on est obligé de réfléchir à la fois au niveau des parcelles, car c'est une zone humide complexe, et à l'échelle globale, car c'est un espace très étendu. Avoir une vision collective est donc quelque chose de très positif. Et puis, il faut que nous partagions la connaissance de la biodiversité en France, qu'on implique les riverains dans cette démarche, pour inventer quelque chose de neuf et de passionnant. C'est l'avenir de la Zad d'être une zone expérimentale tant en matière d'agriculture que de protection de la nature. »

Thomas Dubreuil, l'un des juristes qui apportent leur aide aux opposants à l'aéroport, juge cette solution des communs « très intéressante » : « On pourrait imaginer la création d'une société civile type SCI [société civile immobilière] qui serait chargée de réguler les usages. L'État resterait propriétaire des terres tout en permettant aux occupants de les utiliser. On se rapprocherait de la distinction entre nue-propriété (posséder un bien mais ne pas avoir le droit de l'utiliser) et usufruit (avoir le droit d'utiliser un bien sans en avoir la propriété) », explique-t-il. Cette société se chargerait alors de rendre leurs parcelles aux agriculteurs historiques, expulsés par l'État pour construire l'aéroport, et de mettre le reste des terres en commun.

Il existe d'ailleurs un précédent de taille : le Larzac. En 1973, des dizaines de milliers de personnes convergèrent vers ce causse (un haut plateau) du Massif central et commencèrent à l'occuper. Ils avaient répondu à l'appel de 103 agriculteurs locaux menacés d'expulsion par un projet d'extension d'un camp d'entraînement militaire. De cette lutte issue de Mai 68 a émergé une partie du courant altermondialiste et des figures comme José Bové. Après quasiment dix ans de manifestations, de marches vers la capitale, d'actions de désobéissance civile, de grèves de la faim, etc., les paysans du Larzac et leurs soutiens obtinrent gain de cause. Les 66 expropriations furent annulées et le projet d'extension du camp fut abandonné. Certains agriculteurs eurent les moyens de récupérer leurs terres auprès de l'État mais une grande partie du terrain 6.300 hectares restait sans propriétaire particulier. En 1985, le président de la République François Mitterrand décida de céder la gestion de cet espace à une entité créée pour l'occasion, la SCTL, pour Société civile des terres du Larzac. Elle est aujourd'hui encore chargée des terres agricoles du plateau. En 2013, Stéphane Le Foll, alors ministre de l'Agriculture, a même renouvelé ce bail dit emphytéotique (de très longue durée) jusqu'en 2083.

« La notion de commun permet de sortir d'une pensée binaire public/privé en inventant une troisième voie »

Autre exemple, plus récent celui-là : la Coordination de protection des espaces verts et publics d'Île-de-France, ou Ceve. Cette entité, issue du rassemblement de plusieurs associations des départements des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, est centrée sur la notion de commun, en ce qu'elle permet à la fois de préserver les quelques rares espaces de nature de la région parisienne, et de faire se rencontrer les habitants. Ginette Lemaître, Montreuilloise de 84 ans, est l'une de ses membres. Elle explique : « La notion de commun permet de sortir d'une pensée binaire public/privé en inventant une troisième voie, une troisième manière d'occuper un espace. C'est aussi une temporalité qui n'est ni celle du mandat électoral ni celle des profits privés et qui se rapproche de celle de la nature puisque les propriétaires réels sont les habitants, ceux qui font la ville et y restent sur plusieurs générations. » L'association dont Ginette fait partie à Montreuil (Seine-Saint-Denis) gère de manière commune depuis 25 ans le Terrain d'aventures, un parc de 3.200 m². Chaque jour, c'est un habitant différent qui ouvre et ferme le terrain, et chaque membre de l'association peut proposer des activités. « Il y a des concerts, des rencontres avec des botanistes, une fois on avait fait venir des moutons... Tout ça fonctionne depuis un quart de siècle sans aucune subvention. »

Possible juridiquement et concrètement, un statut de commun est-il envisagé par le gouvernement actuel ? « Je suis à peu près sûr que notre manière d'expérimenter va à l'encontre de la façon de penser d'Édouard Philippe, affirme Camille. Mais d'un autre côté, beaucoup de gens ressentent ce que l'on fait comme une source d'inspiration bien au-delà de Notre-Dame-des-Landes. Et ceux qui nous gouvernent ont compris qu'on ne bougera pas. Je ne pense pas qu'ils pensent à cette solution des communs, mais c'est à nous de continuer à la faire exister très concrètement au lendemain de l'abandon. »
Mathilde Bouquerel



Notes :
[1] Voir le dossier que Reporterre consacre au sujet.
[2] Son nom d'emprunt



Source : Reporterre


L'écologie aseptisée


"L'homme a un droit fondamental à la liberté, à l'égalité et à des conditions de vie satisfaisantes, dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien-être. Il a le devoir solennel de protéger et d'améliorer l'environnement pour les générations présentes et futures".
Premier principe de la Déclaration de Stockholm, 1972



L'apparition de l'écologie vers la fin des années 1960 n'était pas seulement une réaction au cri d'alarme poussé par les scientifiques: elle correspondait aussi au rejet d'un certain matérialisme. La période de reconstruction qui a suivi la fin de la seconde guerre mondiale était terminée, l'économie mondiale avait pris un essor jamais vu dans la plupart des pays industrialisés et, surtout à l'Occident, le bien-être se généralisait. Les signes matériels en étaient l'achat de maisons, le confort dans leur installation, des appareils électro- ménagers, des voitures, autant de symboles d'un bonheur convoité. Or, une fois un certain niveau de consommation atteint, la déception était générale: le bonheur n'était pas au rendez-vous. C'était la racine de la révolte des jeunes contre la société de consommation, avec le rejet des valeurs matérielles et la revendication d'autres valeurs: meilleures relations humaines, solidarité, démocratie directe.

Dans l'éclosion de maintes idées et la confusion qui en est résultée, la valorisation des éléments de l'environnement - de la destruction de paysages, de la raréfaction de l'eau propre, de l'air pur, d'animaux et de plantes sauvages - indiquait une nouvelle direction. Mais ce nouveau mouvement ne formulait pas de projets de société précis, ne revendiquait pas de nouvelles formes de société. L'écologie n'était pas et n'est toujours pas programmatique: elle s'interroge sur la place et les fonctions des humains dans l'univers. Cette distinction nous paraît fondamentale: elle est pour une large part la source des difficultés qu'a l'écologie à s'insérer dans la vie politique, voire dans la vie quotidienne. La méconnaissance de cette nature fondamentale de l'écologie est aussi la cause de nombreuses incompréhensions et d'accusations mal fondées. Bien sûr, l'écologie ne peut pas ignorer la société des hommes. Elle en dépasse les dimensions et la considère comme un tout dans ses rapports avec l'univers: les autres êtres vivants, les processus écologiques, les grands équilibres planétaires. Mais considérer l'ensemble des êtres humains comme un tout, donc arriver au concept de l'humanité, avec toutes les responsabilités qui en découlent pour les humains, est-il contraire à l'humanisme?

On peut rappeler ici le troisième sens du terme "humanisme". C'était le phénomène historique suivant le Moyen-Age qui consistait dans la découverte d'un nouvel équilibre. Désormais l'homme était le centre de l'Univers, habitant de plein droit la Terre et non plus seulement passager misérable en attendant l'arrivée dans l'au-delà. Ce changement de notre image du monde et de la place que nous y occupons n'a pas échappé à une déviation que l'on peut considérer comme irrationnelle. Nous avons su découvrir d'autres continents sans les comprendre et en les détruisant, nous avons su établir que la Terre n'est pas le centre de l'univers et que ses dimensions sont limitées, sans en tirer les conséquences. Maintenant, le temps du monde fini étant arrivé, nous devons nous interroger sur la question de savoir dans quelle mesure nous avons fait fausse route depuis ce changement d'optique fondamentale: si nous en avons tiré les véritables enseignements en ce qui concerne notre place dans l'univers.

Abandonner la pensée anthropocentrique est-il contraire à l'humanisme? La sagesse antique, qui n'avait rien d'inhumain, bien au contraire, exigeait avant tout la connaissance de soi. Comment connaître les humains sans les situer, comment savoir qui nous sommes en nous coupant de ce qui nous entoure, et de ce qui nous fait vivre? Une réflexion approfondie sur ces problèmes fondamentaux pourrait mener, comme cela s'est produit aux 15e et 16e siècles, à un nouvel essor de notre pensée, donc à un nouvel humanisme. Cela n'est pas la moindre des fonctions de l'écologie.
Alexander Kiss, juriste international et Directeur de recherche au CNRS (France)





"Il ne peut y avoir aucune vraie paix en vivant avec quelqu'un qui a déjà déclaré la guerre, aucune paix mais une capitulation. Et même cela, comme nous voyons autour de nous, n'aboutit pas davantage à la paix mais à d'autres dégradations et exploitations. Nous sommes responsables non seulement de ce que nous faisons mais de ce que nous sommes incapables d'arrêter. Avant de pouvoir parler de paix, nous devons parler honnêtement de comment stopper par tous les moyens possibles ceux qui ont déclaré la guerre au monde et à nous. Ceux qui détruisent ne s'arrêteront pas parce que nous le demandons gentiment. Il n'y a qu'un seul langage qu'ils comprennent et tout le monde ici sait duquel il s'agit. Pourtant nous n'en parlons pas ouvertement."
Derrick Jensen, in “A Language Older Than Words” (2011).


Les nouvelles concernent toujours la condamnation que ce monde semble avoir prononcée contre son existence, les étapes de son autodestruction programmée.Guy debord




Cyril Dion : coli-briseur de l'écologie radicale

Par Stella, Vassili, Brubru, Hala Zika, le 15 janvier 2018




En matière d'écologie, certain.es affichent sans honte leur médiocrité. Par exemple, Cyril Dion, réalisateur avec Mélanie Laurent du film Demain, mais aussi fondateur du mouvement Les Colibris et de la revue Kaizen. Profitant de sa campagne promotionnelle qui passait près de chez nous en octobre dernier, on a voulu débattre avec lui des fameux « Colibris » et de sa vision de l'écologie. Le Colibri étant peu à l'écoute des oiseaux de mauvais augures, on se contente donc de nos colonnes pour s'expliquer.


Vous avez sans doute vu (ou refusé de voir...) son film, ce chef d’œuvre dont la presse, la radio et la téloche se sont unanimement fait l'écho. Soutenu par le ministère de l'environnement, diffusé en ouverture de la COP 21, Demain a été couronné du César du meilleur documentaire en 2016 – rien que ça. Depuis, Cyril Dion est devenu le porte-voix de l'écologie libérale et moralisatrice à l'instar de Nicolas Hulot ou de Yann Arthus-Bertrand. Or, ce que ce film met en scène, c'est une vision lisse et aseptisée d'un avenir radieux dominé par les technologies vertes et les innovations sociales. Demain propose un tour du monde des solutions qui existent pour « tenter de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales que traversent nos pays ». Pour cela, sont convoqué.es rien de moins que Jeremy Rifkin, père de la troisième révolution industrielle, Pierre Rabhi, figure bienveillante d'une écologie neutralisée, Mélanie Laurent, icône haute couture en combinaison Dior et égérie de François Hollande lors de l'appel de Manille pour le climat, ou encore Emmanuel Druon, patron de Pocheco, entreprise « responsable, écologique et citoyenne », qui dirige ses équipes par la peur et les intimidations, et fait bosser une centaine de détenus sous-payés1.

Le colibri et les pigeons

 En apprenant que Cyril Dion était invité par le learning center ville durable (sic !) de Dunkerque pour « imaginer ce que pourrait être le monde de demain, et résoudre les crises écologiques et sociales grâce à des initiatives positives et concrètes » – et accessoirement, vendre son dernier bouquin – on s'est dit qu'on ne pouvait décemment pas manquer un tel événement. Porté.es par l'enthousiasme, on débarque en avance, histoire d'accueillir les fidèles venus en masse : « Bonjour, on vous offre un exemplaire de La Brique qui révèle la mascarade d'une entreprise du Nord de la France salement mise en scène dans le film Demain ! »

Quand on entre dans le bâtiment, Cyril Dion commence à peine son intervention. On se marre un peu de voir tous ces gens avec La Brique sous le coude. On est vite déçu.es et l'agacement prend bientôt le dessus. En fait, on s'attendait à une rencontre où l'on pourrait débattre avec le colibri, et on se retrouve au beau milieu d'une messe à laquelle est venue assister en masse la classe moyenne et supérieure locale, pour écouter la parole de Saint Dion, apôtre de Pierre Rahbi. Accompagné d'un pianiste, Dion annonce d'une voix suave les pires catastrophes écologiques qui nous attendent si l'humanité ne décide pas de prendre en main son destin. On croit rêver lorsqu'on l'entend parler de l'aliénation aux écrans, sujet qu'il doit bien connaître, vu le nombre de profils qu'il possède sur Instagram, Facebook, Twitter et consorts. S'il utilise ces réseaux sociaux ce n'est pas uniquement pour diffuser la bonne parole, il en profite aussi pour faire sa communication sur ses différentes publications chez Actes Sud dans la collection « Domaine du possible »... qu'il dirige, et dont l'ancienne directrice, Françoise Nyssen, est l'actuelle ministre de la culture.

 À la sortie de son film, Cyril Dion confiait vouloir toucher « ceux qui se préoccupent le moins de ces sujets ». Réveiller le ventre mou de la contestation, l'intention est louable, mais à quoi bon les réveiller pour les conduire dans une impasse ? C'est sans compter l'ambition animant Dion, qui conclut sa messe en déclarant : « l'essentiel est de raconter de belles histoires ». Pour le coup, c'est réussi. Et c'est précisément ce que constitue le film Demain et l'ensemble des publications de la collection « Domaine du possible » : un tissu de banalités disposées à nourrir la farce du capitalisme vert, et avec le sourire, positive attitude oblige! Pas étonnant que le discours trouve un tel écho chez les ministres et les industriels de la pire espèce... C'est que certaines fables ont pour talent d'endormir l'esprit critique, radical et collectif. Et alors qu'est-ce qu'on dit ? Merci Les Colibris.

 L'individualisme anti-social

 Faut dire que structurer un mouvement sur le nom d'une fable, ça sentait clairement mauvais. Et pourtant, elle est belle cette histoire. Celle d'un colibri qui, devant l'inaction des animaux d'une forêt en train de brûler, décide de faire sa part en apportant modestement de l'eau pour éteindre l'incendie. C'est plein de beaux sentiments, mais ça pose un problème : transposée à notre réalité, cette fable vous explique que la solution à la crise écologique passerait alors par une myriade d'actions individuelles censées enrayer la marche vers la catastrophe climatique. La question de l'action collective est totalement éludée. Quant aux causes de l'incendie ? Elles importent peu, le colibri ne fait pas de politique, faire sa part le dédouane d'office. Et le pire, c'est que le discours colibriesque fait un carton : le mouvement de Pierre Rahbi compterait 300 000 membres et plus d'une centaine de groupes locaux.

Cette vision individualiste et déculpabilisante permet à chacun.e de naviguer au milieu des pires systèmes d'oppression tout en se préservant une certaine pureté morale. C'est pourquoi elle est plébiscitée par le public... et sponsorisée par les pires pollueurs2. Ces derniers y trouvent de quoi laver leur honneur, détourner l'attention et faire du pognon en inventant toujours plus de services et de gadgets éco-trucs à vendre3.

 N'en déplaise aux éco-citoyen.nes, on ne rachète pas si facilement son empreinte carbone. Jean-Baptiste Comby, sociologue, rappelle dans son ouvrage4 que la pression qu'exerce un foyer sur l'environnement dépend de ses revenus et non pas de son niveau de conscience écologique. Bah oui, tous les éco-gestes mis bout à bout ne compenseront jamais la semaine de vacances passée sous les tropiques, quand bien même on la passerait dans un éco-lodge à chier dans la sciure. Selon le sociologue, cette morale écocitoyenne sert un enjeu politique qui est de « masquer les inégalités, en confortant les styles de vie les plus prédateurs et en maintenant les privilèges symboliques et moraux de la petite bourgeoisie. » En réalité les inégalités face à la pollution se creusent pour deux raisons : l'externalisation des nuisances, à l'instar des quartiers bourgeois qui se gardent les espaces verts tandis que les centres commerciaux et les usines vont en périphérie ; et la recherche toujours plus aiguisée d'un bien-être environnemental pour les plus aisé.es.

Le capitalisme aussi fait sa part

 Un quart seulement du total de l'énergie produite est utilisée par les particuliers (résidence, voiture, etc.). Pour l'eau, seulement 10 % est utilisée par les usagers domestiques et les municipalités. Le reste est consommé par les industries, les entreprises, le BTP, l'agro-industrie... Quant aux déchets, seuls 3 % proviennent des ménages. Alors comment se fait-il qu'on en soit arrivé à blâmer les individus, surtout les plus pauvres, au lieu des puissants ? Depuis leurs hélicos, Nicolas Hulot ou Yann Arthus-Bertrand sont ainsi devenus les premiers hauts représentants de cette écologie inoffensive. Le conte des colibris s'enracine dans cette tradition. Depuis les années 1990, la véritable écologie politique est étouffée par des dizaines de revues, d'émissions, de films qui préfèrent vendre une écologie joyeuse, positive et rassurante où la technologie, les innovations sociales et les initiatives individuelles pourraient changer le cours des choses5.

Ce discours est une aubaine pour les capitalistes de tous bords qui voient l'écologie vidée de son potentiel radical et conflictuel. Il est d'ailleurs parfaitement exploitable par la start-up Macron ( Tu veux sauver la planète? Lance ta propre ONG !). Preuve de cette tendance colibriesque du capitalisme : Jacques Attali – une vie entière au service des puissants et de la croissance – ne se ménage pas pour sauver la planète et surtout recycler les écolos de pacotille. Son World positive forum organisé en septembre dernier pour discuter entre gens raisonnables de croissance, d'écologie et de positive attitude, a évidemment reçu la visite de Cyril Dion. Sa tribune dans Le Monde pour « accélérer la révolution positive » a reçu la signature d'Emmanuel Druon, le patron écolo de Pocheco. Et son bouquin Positive book a recueilli la parole de Pierre Rabhi. Visiblement le colibri se digère bien. Nous, on aurait clairement envie de le bouffer tandis que la conférence touche à sa fin.

 « Les grands discours, les grandes idées, ce n’est plus possible » Cyril Dion

On se motive donc à aller causer avec le colibri. Du monde attend pour faire dédicacer son bouquin. « Dites, on voulait réagir sur le fait qu'il fallait raconter des belles histoires, on voulait avoir votre réaction, parce que quand on découvre que ces belles histoires sont du flan, ou qu'elles peuvent servir à autre chose, comme à légitimer les pires méthodes dans la boite Pocheco de votre pote Emmanuel Druon ». « Euh, vous êtes de La Brique ? Ben ma réaction, je vais vous le dire, c'est que c'est pas du journalisme ». D'entrée on ne sent pas Cyril Dion super ouvert à l'échange. On le remercie quand même du compliment, mais comme son intervention nous a laissé sur notre faim, on continue avec une série de questions et de faits tirés de l'enquête sur Pocheco. Le bougre n'en démord pas, estime qu'on n'a pas de sources, et termine par lâcher : « Bon là vous me dites quelque chose que je ne peux pas vérifier... moi j'entends autre chose de l'autre côté, donc la seule chose que je peux vous proposer c'est faisons un rendez-vous et faisons une vraie discussion ouverte où tous les points de vue s'expriment ». Le truc, c'est qu'on est près de deux mois après cette brève conversation et qu'on n'a toujours pas eu de retour. On a pourtant pris soin d'envoyer un mail à Emmanuel Druon pour lui annoncer la bonne nouvelle d'une rencontre imminente. Silence radio.

En tout cas, cet échange lapidaire avec Cyril Dion nous aura assuré.es de l'écart qui nous sépare de la pensée des colibris pour qui prime la transformation de soi sur la transformation de la société. En témoigne cette analyse politique de Cyril Dion lui-même, reprise dans une enquête de Mediapart à propos du mouvement des colibris6 : « Il existe une conception de la politique héritière des mouvements et des luttes. L’échec des luttes d’hier, c’est d’avoir cru que l’on pourrait construire un système collectif qui allait marcher pour tout le monde. Ces modes de pensée nient la diversité. Chacun d’entre nous est spécifique, a un talent particulier, a besoin de trouver sa place dans le monde. Les grands discours, les grandes idées, ce n’est plus possible. Il ne s’agit pas de savoir si on est d’accord ou pas mais si ça marche ou pas ».

Reste que la question est de savoir pour qui ça marche, et pour qui ça ne marche pas... Entre nous, que des militants sincères se laissent bercer par le gazouillis des colibris, pourquoi pas, faut bien faire tourner la boutique Rabhi. Il peut être plus dangereux de faire semblant que de ne rien faire. N'oublions pas que le capitalisme ne sera jamais déstabilisé par cette écologie inoffensive puisqu'il s'en nourrit aisément en digérant tout ce qu'il touche. Alors, Cyril, il serait peut-être temps d'arrêter de brasser de l'air, qu'on puisse s'attaquer véritablement à l'origine du grand incendie.

Stella, Vassili, Brubru, Hala Zika

Notes:
  1. « Pocheco, lettre verte non recommandée », Hala Zika, Brubru, La Brique, n°51, Été 2017
  2. À titre d'exemple, la fondation créée par N. Hulot est liée dès son origine au chimiste Rhône-Poulenc puis sera rejointe par EDF, Véolia, l'Oréal, TF1... on est loin des ONG écolos.
  3. Lire chez nos valeureux confrères de La Décroissance : « Demain ou le nouvel âge de l'écologie libérale », La Décroissance, mars 2016 et « L'écocitoyenneté, une morale de petits bourgeois », La Décroissance, avril 2016.
  4. Jean-Baptiste Comby, La Question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public, Raisons d’Agir, 2015.
  5. Sur la manière dont l'écologie est désormais fondue dans le capitalisme, l'individualisme et le consumérisme, on lira avec profit le livre de Aude Vidal, Egologie, écologie, individualisme et course au bonheur, Le Monde à l'envers, 2017.
  6. « Rahbi, chantre d'une écologie inoffensive ? », Jade Lindgaard, Mediapart, 20 décembre 2016.

Source : La Brique

mercredi 17 janvier 2018

Le mystère de Daech


Complices comme cul et chemise
A partir de 2012, lorsque la guerre a éclaté en Syrie, il est devenu impossible en France de s'exprimer sur cette guerre. Dès que quelqu'un voulait communiquer avec le peuple sur la question, réunir un public dans une salle pour une information réelle, les menaces pleuvaient aussitôt de toute part sur les organisateurs « terrorisés » qui annulaient les colloques ou conférences pourtant nécessaires sur le sujet. Je le sais, puisque je l'ai vécu moi-même, à la suite de la publication de mon livre sur « Le djihad et le management de la terreur ». L'État français et ses bandes de mafieux assermentés ont organisé un authentique « terrorisme » médiatique chargé de tuer la vérité, toute velléité de savoir, et toute prétention à vouloir penser librement sur cette question majeure...
Pourquoi est-il impossible de s'exprimer en France sur la situation syrienne, sur la politique étrangère de Hollande et de Macron aujourd'hui? Qui se pose cette question honnêtement?
La réponse est pourtant simple. Parce que l'État français est un vassal des États-Unis; parce que l'État français, sans l'avis de personne, a formé, encadré, ravitaillé, financé et appuyé des terroristes « djihadistes » pour massacrer le peuple syrien dans le but de renverser Bachar El Assad et de s'emparer de ce pays pour l'aligner et le forcer à entrer dans la secte atlantiste. Parce que l'État français est un authentique criminel de guerre et génocidaire qui doit comparaître devant le TPI. Voilà pourquoi il est devenu impossible de faire passer la moindre information sur ce sujet en France.
Ce mensonge triomphant est révoltant pour la conscience éveillée des personnes qui se voient ouvertement méprisées par ce Pouvoir de pervers et de criminels leur imposant sa dictature de la pensée, uniquement parce qu'il tient à garder les coudées franches pour continuer à contrôler, en les dominant, des peuples transformés en moutons bêlant au rythme de la propagande...






Le fait que l’on refuse volontairement d’admettre est que le groupe État islamique est l’outil politico militaire de l’Occident, guidé par le renseignement, et créé, entraîné, financé, conseillé et protégé par l’Occident et par l’OTAN — ce qui inclut la France. Le groupe État islamique et l’extrémisme islamique, dont Al Qaida, agissent pour le compte de l’OTAN au service des intérêts géostratégiques de l’Occident. Sous la supervision de la CIA, du MI6, du Mossad, de l’ISI pakistanais et autres, les services de renseignements de l’Occident mènent les terroristes du groupe État islamique. Le terrorisme djihadiste n’existerait pas sans le soutien de l’Occident; il a débuté à l’époque de la guerre froide, s’est poursuivi durant le conflit des Balkans, a explosé avec les événements du 11 septembre et la « guerre au terrorisme », et continue de métastaser avec la prétendue guerre contre le groupe État islamique, qui n’est que la poursuite, sous un autre nom, de la même guerre criminelle de tromperie entièrement orchestrée. En définitive, l’Occident et ses architectes de guerre portent la responsabilité de tous les actes de terrorisme perpétrés par leurs propres troupes de choc terroristes.Larry Chin




Le calife autoproclamé al-Baghdadi

L’Occident et le spectre de Daesh


Par Karim Mohsen

Vaincu militairement en Irak et en Syrie, le groupe terroriste Daesh est cependant loin d’avoir été terrassé. Sa tentative de s’implanter au Moyen-Orient ayant échoué, ledit « Etat islamique » est naturellement revenu à ce qui le caractérise le mieux : la lâcheté, l’assassinat et les attentats-suicides. Toutefois, ébranlé mais non décimé, le groupe terroriste reste nuisible et c’est cela qui fait peur à ses maîtres à penser occidentaux qui n’ont pas le contrôle de la multitude d’activistes qui s’en inspirent ou reprennent à leur compte ce que Daesh n’a pu accomplir. Or, Daesh, peut autant s’appeler Al Qaïda, Shebab, Taliban ou Boko Haram dont, à peu de chose près, l’objectif principal et stratégique demeure le maintien d’un niveau de tension perpétuelle empêchant le développement économique et social dans des régions (bien) ciblées des mondes arabe, asiatique et africain qui – un hasard ? – se trouvent être tous musulmans.

Ces dernières semaines, singulièrement depuis la chute de Daesh en Syrie et en Irak, analystes et observateurs occidentaux, s’inquiètent de ses retombées en Europe et aux Etats-Unis. Outre la disparition du noyau dirigeant qui canalisait les opérations terroristes, c’est notamment le retour des djihadistes occidentaux partis combattre en Irak et en Syrie qui déprime les Européens. En fait, depuis 1979-1980, création et formation des phalanges d’Al Qaïda par les services de renseignement états-uniens (CIA), financées par l’Arabie saoudite et dirigées par le Saoudien Oussama ben Laden, le terrorisme, du moins sous sa forme la plus accomplie, sert uniquement les intérêts de ses créateurs occidentaux. Certes, ces zombies ruent parfois dans les brancards en s’en prenant à leurs géniteurs, mais pour vite rentrer dans les rangs.

Depuis près de quatre décennies la mouvance djihadiste a été entretenue pour des buts précis de déstabilisation de certains pays. De fait, ces groupes djihadistes sont interchangeables, qu’ils s’appellent Al Qaïda ou Daesh, dès lors qu’ils accomplissent ce pourquoi ils ont été créés. Rien n’indique que demain, les laboratoires ès-terrorisme occidentaux, ne préparent pas l’avènement d’une nouvelle hydre plus mortifère.

Notons cette particularité qui fait que depuis l’avènement du terrorisme à grande échelle – et sa manipulation par les puissances occidentales – nombre de pays dans le monde en ont plus ou moins souffert, sauf Israël. Curieux, mais le fait est là ! Voulant savoir si Daesh va se battre pour « libérer » la Palestine, l’autoproclamé calife dudit « Etat islamique » Abou Bakr al-Baghdadi asséna : « Il n’est écrit nulle part dans le Coran, qu’il fallait sauver la Palestine. » Dit autrement, il n’était pas là pour combattre Israël. En fait, l’objectif assigné à Daesh est circonstancié et circonscrit aux seuls Etats arabes avec le résultat que l’on connaît. L’Irak et la Syrie détruits ont été ramenés un siècle en arrière. D’autres pays arabes sont sous la menace. En démonstration en juin 2014, l’armée d’invasion de Daesh avec chars et blindés, drapeau noir au vent, à mis à feu et à sang Mossoul. Ainsi, Daesh disposait d’une armée professionnelle – évaluée en 2014 à quelque 30 000 personnes – surgie du néant, qui en quelques heures occupa le tiers d’un pays aussi vaste que l’Irak. Qui peut gommer l’autre armée de mercenaires – estimée par le Pentagone à 70 000 individus issus de près de 80 pays – venus combattre, aux côtés des rebelles [eux-mêmes formés et armés par l’Occident et fiancés par Riyadh], sous la bannière de l’« islamisme » le gouvernement laïc syrien ? A ce propos, il est étonnant de relever que ce sont les deux seuls pays arabes, officiellement laïcs, qui ont été attaqués et détruits. Il est évident que tout n’a pas été dit sur cette apparition subite et ordonnée du terrorisme dans une région qui en était exonérée auparavant.

Autre mystère, celui qui entoure le calife autoproclamé al-Baghdadi identifié dans la personne de Hocine al-Badri, surgi soudain du néant après une rencontre, dans la ville syrienne de Deir Ezzor en mai 2013, avec le sénateur états-unien, John McCain. Un an plus tard (juin 2014), il proclame depuis Mossoul la création du califat. Ce califat s’en prit avant toute chose aux musulmans et aux pays musulmans. Or, avec le retour des terroristes, la donne a changé, l’Occident étant plus soucieux de ce qu’il va faire de ses enfants perdus revenus des « croisades » en Syrie et en Irak, qui menacent sa propre sécurité.

C’est cela le spectre de Daesh, qui hante un Occident toujours prêt à renouveler l’expérience dès lors qu’elle lui permet d’accentuer sa domination sur des pays (notamment arabes) maintenus dans l’ornière du sous-développement. L’impérialisme ne guerroie plus sur le terrain, il forme des supplétifs pour ça. Al Qaïda, Daesh sont de fait, les vampires que l’Occident brandit à la face des pays qui ne savent pas ou ne veulent pas rentrer dans les rangs !
Karim Mohsen,19 décembre 2017



Source : L'Expression